Terremer – T4 : Le vent d’ailleurs – Ursula Le Guin

Terremer-vent-ailleursQuatrième et dernier tome du cycle de Terremer (ou bien 6° livre, ça dépend de votre façon de compter), celui ci est à mon avis le meilleur du lot, malgré les quelques écueils déjà rencontrés dans les précédents tomes.

Aulne le sorcier, modeste Raccommodeur, craint le sommeil. Chaque nuit il fait le même rêve terrifiant qui le conduit le long d’un muret de pierres sèches, celui qui borde le pays des morts. Et, alors qu’il espère y retrouver sa femme défunte, les morts viennent à lui et l’implorent de détruire ce mur et de les laisser revenir dans le monde des vivants.

A l’ouest de Terremer, les Dragons incendient soudain et sans raison maisons et récoltes, mettant fin à la longue trêve qu’ils observaient à l’endroit des humains depuis le retour du roi, Lebannen.

Ged, l’Archimage, ayant abandonné ses pouvoirs, Tenar, son épouse, le roi Lebannen et tous les sorciers de Roke seront-ils assez puissants pour affronter ce temps de changements ? Et quel sera le rôle de Tehanu, la fille-dragon ?

Bon, si on passe outre le côté trop axé « les femmes sont mal considérées » qui m’a déplu dès le départ, je le dis et le répète, c’est mon préféré sur tout le cycle. Pourquoi ? Parce qu’il s’y passe plein de choses, qu’on s’y sent pris à partie et non pas mis à distance comme dans le premier tome.

L’histoire est dynamique, intéressante. On retrouve la problématique du monde des morts déjà évoquée depuis le début, ce qui n’est pas sans me rappeler en particulier A la Croisée des Mondes de Pullmann (j’adore ces bouquins ^^). J’aime d’ailleurs tout particulièrement ce concept du monde des morts sur Terremer, auquel je ne m’attendais pas et qui m’a bien plu au final, malgré le côté glauque et déprimant de la chose ^^

Les personnages sont tous attachants et riches en surprises, et ne sont pas sous-exploités, à part peut être Ged qui de toute façon a déjà assez brillé dans les précédents tomes XD On retrouve des personnages mentionnés dans les tomes précédents (en comptant les Contes de Terremer, du moins la dernière histoire, et les légendes évoquées par les autres), ce qui est tout à fait satisfaisant, les dragons sont compris dans cette notion de personnages familiers :b

La fin, quant à elle, est plutôt positive, mais un poil « queue de poisson », ce qui ne me déplait pas puisque j’aime bien ce genre de fin, qui me laisse à la fois insatisfaite et toute émoustillée XD

Bref, mon tome préféré de la saga, ce qui me permet de conclure mes lectures du cycle sur une note positive, il était temps ^^

Un avis sur “Terremer – T4 : Le vent d’ailleurs – Ursula Le Guin

  1. Pingback: Le cycle de Terremer T4 : Le vent d’ailleurs, Ursula K. le Guin « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *