PS3 – Assassin’s Creed III

Hé bien voilà, j’ai acheté et commencé le jeu en décembre dernier, n’y ai pas touché en janvier ni en février, et ai achevé le jeu, enfin, début mars. Maintenant c’est le moment de faire le point !

Je suis une fan du jeu Assassin’s Creed depuis le premier jeu et je n’ai jamais cessé de l’être jusqu’à maintenant. Les personnages sont excellents, le gameplay est super, l’histoire est passionnante, et depuis Assassin’s Creed II, le jeu s’accompagne d’une encyclopédie extrêmement fournie sur l’univers historique du personnage que l’on joue, ce qui permet au joueur curieux de tout savoir sur l’époque du jeu, en l’occurrence la Renaissance pour Assassin’s Creed II, et la Révolution Américaine pour Assassin’s Creed III.
Assassin's Creed III

L’histoire

Alors, pour les non initiés, Assassin’s Creed nous raconte l’épopée d’un jeune barman, Desmond Miles, dont les ancêtres sont des Assassins, une confrérie secrète qui a pour objectif d’empêcher l’Ordre des Templiers (un équivalent des Illuminati, pour résumer) de  priver le peuple de sa liberté. Enlevé par Abstergo Industries, une multinationale qui sert de couverture aux Templiers de nos jours, Desmond Miles est placé dans une machine nommée l’Animus, et forcé de revivre l’histoire de son ancêtre Altaïr. Les Templiers sont à la recherche de ce que l’on appelle les fragments d’Éden, des artefacts « magiques » qui auraient été laissés sur Terre par une ancienne civilisation disparue. Par la suite, dans Assassin’s Creed II, Desmond Miles sera libéré par ses collègues Assassins modernes et revivra cette fois l’histoire d’Ezio Auditore, son ancêtre de la Renaissance. Enfin, dans Assassin’s Creed III, c’est cette fois la vie de Connor Kenway dans ce qui est sur le point de devenir les Etats Unis d’Amérique qu’il va découvrir, afin de trouver où celui ci a caché un artefact qui pourrait empêcher la fin du monde…

Je ne vais pas m’étendre sur l’histoire des jeux précédents, si cela vous intéresse vous n’avez plus qu’à vous y mettre ^^ Le sujet de cet article est ce troisième opus de la série (A noter qu’Assassin’s Creed II est constitué de trois jeux, donc techniquement Assassin’s Creed  III est le cinquième jeu sur PS3), commençons par un rapide aperçu de son histoire.

Le début du jeu – passé l’introduction avec Desmond – nous met dans la peau d’Haytham Kenway, le père de Connor, futur héros du jeu. Le personnage nous sert surtout d’introduction au jeu, pour apprendre les différents contrôles au joueur, à commencer par une mission d’assassinat, évidemment. Haytham est envoyé par ses supérieurs dans le nouveau monde, à Boston, à la recherche d’indices sur l’ancienne civilisation. Sur place, il devra se trouver des camarades pour l’aider dans sa tâche et instaurer la confrérie dans la société américaine.

Au cours de ses missions, il libère un groupe d’esclaves Mohawks parmi lesquels la belle Zio, dont la tribu garde un temple construit par l’ancienne civilisation. En échange de sa vengeance, elle lui indique le chemin du temple. Malheureusement, il ne peut y entrer, et doit abandonner la piste. Il retourne à Boston et nous quittons le personnage pour incarner désormais Ratonhnhaké:ton (Connor), le fils métis de Zio et de Haytham.

Alors qu’il grandit paisiblement dans son village, Ratonhnhaké:ton est témoin d’une tragédie, et il n’aura par la suite pas d’autre objectif que celui éradiquer les Templiers responsables. Suite aux conseils de l’ancienne de son village, il part à la recherche d’un vieil assassin du nom d’Achilles Devonport, qui le prendra sous son aile et en fera un Assassin, sous le nom de Connor Kenway.

Au cours de sa quête de vengeance – et de liberté – Connor sera mêlé à de nombreux évènements historiques : le Massacre de Boston, la Boston Tea Party, et participe à la révolution Américaine du côté des patriotes, jusqu’à, du moins, qu’il réalise que George Washington et ses alliés ne s’intéressent guère au sort de son peuple (les Mohawks)…

A l’époque moderne, Desmond quant à lui doit aider ses collègues assassins à retrouver certains actefacts qui pourraient lui permettre d’entrer dans le temple de l’ancienne civilisation, et arrêter la fin du monde imminente. C’est la première fois dans Assassin’s Creed que Desmond a l’occasion d’être confronté à de vraies missions impliquant escalade et combat, et c’est particulièrement plaisant.

Mon opinion

Le Gameplay

Dans Assassin’s Creed III, l’héritage Mohawk de Connor nous donne la possibilité de grimper aux arbres et de chasser les animaux, ce qui nous permet entre autres choses d’obtenir des matières premières nécessaires à la construction de différentes marchandises ou simplement d’un meilleur équipement, mais également d’en faire le commerce. Si la chasse est particulièrement jouissive au début, elle devient vite répétitive par la suite, certains animaux répétant encore et toujours les mêmes mouvements, et la tâche s’avérant globalement très simple une fois qu’on a pris le pli. Par contre, grimper aux arbres, c’est super cool.

Connor se voit aussi confier le commandement d’un navire au cours du jeu, ce qui permet des séquences épiques de batailles navales, et par tous les temps, y compris des tempêtes dignes de la fin du monde. C’est LE gros point fort du gameplay, avec des scènes dantesques, des paysages sublimes, on ne s’en lasse pas, chaque mission navale étant bien personnalisée pour renouveler le plaisir de jeu.

En ce qui concerne les armes et mouvements du héros, ce dernier est équipé d’un arc qui lui permettra de tuer ses adversaires à distance – très pratique, de la classique lame secrète, d’un poignard, d’un tomahawk (évidemment) ou d’une massue, d’une paire de mousquets qu’il faudra recharger après chaque tir (bien pensé), et de quelques armes un peu moins classiques, comme la corde, le poison ou les bombes fumigènes. L’attirail de notre héros comporte également des pièges et appâts pour les animaux, et l’on dispose en outre d’une commande pour siffler un cheval. Les contrôles sont simples et agréables, les combats nerveux et animés, très fluides (l’IA ayant enfin compris qu’attaquer à plusieurs peut être utile XD), de ce côté là je n’ai vraiment rien à redire, j’ai trouvé le tout très agréable (en dépit de quelques couacs au niveau du changement d’armes).

Connor est assisté au fil du jeu par des Assassins qui rejoignent la confrérie. Chacun ne peut s’obtenir qu’à travers une série de missions toutes différentes selon le personnage, et une fois recruté il devra participer à des missions dans les différentes colonies américaines pour gagner de l’expérience jusqu’à atteindre le rang d’Assassin. Leurs compétences peuvent s’avérer très utiles au fil du jeu, comme l’assassinat à distance, l’escorte et la fausse escorte, l’émeute (pour distraire les soldats), etc…

Comme dans tous les Assassin’s Creed à l’exception du premier, Connor devra faire un peu de gestion, ici en administrant la propriété d’Achilles et en faisant venir de nouveaux villageois : médecin, forgeron, bûcheron, tailleur, tavernier, homme d’église, fermier, etc… Ceux ci produiront ensuite les matières premières nécessaires au commerce et à l’évolution du village.

Les personnages

Je n’aime pas Connor. Ca, c’est dit. C’est un garçon intéressant, et il est très classe, mais comparé à Ezio (le héros d’Assassin’s Creed II), il est beaucoup trop austère, focalisé sur sa vengeance et apparemment totalement dépourvu d’humour. Ça correspond sans doute à son héritage Mohawk, mais tout de même, il pourrait se détendre un peu. Il est obstiné, agressif et emporté, et manque considérablement de prudence à mon sens, au point qu’il n’arrête pas de tomber dans tous les pièges qu’on lui tend. Et surtout, il se fait mener par le bout du nez par tout le monde, c’est énervant.

Par contre, Haytham est un personnage que son « mystère » rend plutôt intéressant, de même qu’Achilles. Le jeu comporte également une multitude de personnages secondaires – dont les personnages historiques – qui ont chacun leur personnalité bien à eux. C’est le cas notamment des assassins qui secondent Connor et qui, contrairement à ceux des précédents jeux, possèdent leur propre apparence, histoire et caractère.

C’est également le cas des différents villageois qui rejoignent la propriété au fil du jeu, à chacun son histoire et ses quêtes à proposer, on apprend donc à les connaitre et à les apprécier !

Je regrette par contre que dans l’ensemble les personnages soient beaucoup moins mémorables que ceux d’Assassin’s Creed II. Leonardo (Da Vinci), Claudia, Mario, etc, avaient nettement plus de présence à mon sens. Peut-être cette impression est-elle produite par le fait que j’ai joué au jeu en anglais (acheté en import) et que de ce fait, j’ai perdu du temps à essayer de comprendre ce qui se disait, sans pouvoir bien m’intéresser aux personnages en eux même. Cela dit, les histoires personnelles de chaque perso secondaire restaient intéressantes, voire drôles pour certaines.

Le reste

Le jeu comporte des saisons (hiver et été, du moins) et une météo (les orages sont particulièrement impressionnants), ce qui change agréablement l’expérience de jeu. Par contre, bien que les paysages soient superbes, ils ne valent vraiment pas ceux du second opus. Et l’animation m’a semblé plutôt moche, quand bien même je souffre du fait de n’avoir qu’un écran télé d’une taille riquiqui (un 15 ») pour des jeux qui aujourd’hui sont prévus pour de grandes résolutions.

Dans l’ensemble cependant, j’ai moins aimé ce jeu que les précédents, pour une seule raison : Il est trop précipité. Alors qu’on a droit à trois longues séquences d’introduction pour Haytham, le jeu et les époques s’enchainent à toute vitesse sans nous laisser le temps de bien saisir ce qui se passe, ou de nous émouvoir. D’ailleurs, Connor a la capacité émotionnelle d’une brique ¬_¬ C’est d’autant plus frustrant quand on arrive à la fin et que tout s’enchaine à toute vitesse sans nous laisser le temps de respirer. OK, la fin est poignante, choquante même, mais… j’aurais voulu qu’on développe un peu plus, qu’on réponde à mes interrogations. Quid du passé d’Haytham ? Quid de celui d’Achilles ? Quid du devenir de Connor ? Quid des retrouvailles entre Haytham et son fils ? Quid de l’histoire de Daniel Cross ? Pourquoi Connor se montre-t-il aussi rétif et caractériel quand c’est inutile, et insupportablement soumis et obéissant quand on aimerait bien qu’il se rebiffe ? Quid de Miles père, qui arrive là tel le cheveu sur la soupe dès le début du jeu ? XD

Pourquoi n’a-t-on pas eu plus de Desmond ? (Mauvaise foi inside :p )

Impossible, non plus, de se passionner autant pour l’histoire Américaine que pour celle de l’Italie de la Renaissance. Tout se passe trop vite, on a à peine le temps de découvrir les personnages, on s’y perd dans tous ces noms et complots divers et variés, et j’admets que la langue anglaise m’a pas mal ralentie dans ma compréhension des évènements.

Du coup, ce que j’aurai retenu du jeu n’aura pas été ses paysages extraordinaires, ses personnages ou son histoire, mais les batailles navales absolument awesome. Et figurez vous que le prochain jeu, Black Flag, aura justement pour héros un pirate : *mode fangirl enclenché* KYAAAAAAAAAAAA!! ♥♥♥ *fin du mode fangirl*

Quoi qu’il en soit, quand bien même je suis quelque peu déçue de certains développements, je persiste et signe dans mon amour de la franchise. Ce jeu est génial, jouez y ^^

 

Un avis sur “PS3 – Assassin’s Creed III

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *