De Bons Présages – Terry Pratchett, Neil Gaiman

De bons présagesL’Apocalypse, on en parle souvent dans les romans d’horreur ou les bons films d’actions américains bien bourrins sans trop de réflexion derrière. Ce n’est pas vraiment mon sujet de lecture préféré, trop classique, tout ça, tout ça. Mais ici, c’est différent. J’ai voulu lire De Bons Présages après avoir découvert de nombreuses illustrations des personnages de l’oeuvre sur Deviant Art (à ce moment là, il était davantage question de Good Omens, évidemment). L’humour résidant dans les dites illustrations m’a donné envie d’en savoir plus sur cette oeuvre… Et là encore, je ne regrette pas ^^

L’Apocalyspe ! Depuis le temps qu’on en parle…

Eh bien, c’est pour demain. Enfin, dans onze ans, très exactement. Depuis que Dieu a créé le monde et Satan l’enfer, chacun des deux cherche à tirer la couette à lui. Pour défendre leurs intérêts respectifs, ils ont leurs envoyés spéciaux sur Terre. Côté Bien : Aziraphale (ange de son état, bibliophile et libraire à mi-temps). Côté Mal : Rampa (démon, lunettes noires et boots en peau de serpent, propriétaire d’une Bentley). Et l’Apocalypse, ça ne les arrange pas du tout. Parce que, vous savez ce que c’est , quand on vit quelque part depuis des siècles, on a ses petites habitudes. Alors ange et démon vont doubler leurs patrons et tout mettre en œuvre pour faire capoter l’Apocalypse.

Encore une fois chez Pratchett, on retrouve cette multitude de scènes et de personnages qui semblent évoluer parallèlement et dont les destins se croisent accidentellement (ou pas) avec des effets secondaires parfois hilarants. Personnages caricaturaux et pourtant pas si communs, on croise un démon et un ange qui aiment discuter sur les voies impénétrables du Seigneur, un inquisiteur sergent complètement frappé et obsédé par sa quête des sorcières ainsi qu’un inquisiteur deuxième classe dont le don principal consiste à faire planter tout appareil électrique, une sorcière « descendante professionnelle », un antéchrist, un chien de l’Enfer adepte de la chasse aux rats, les quatre cavaliers de l’apocalypse (Mort, Famine, Guerre et Pollution, Pestilence ayant pris sa retraite depuis l’invention de la pénicilline) et un tas d’autres individus très curieux XD

Évidemment, mon préféré est sans conteste Rampa, alias Rampant, le serpent du jardin d’Eden, qui ne peut s’empêcher de jouer de mauvais tours à tout bout de champ et surtout possède une technique très curieuse pour faire pousser ses plantes vertes : il les terrifie XD Le plus intéressant est bien sûr ses relations avec Aziraphale :

Au moment où ils dépassaient un agent de la circulation stupéfait, son carnet de contraventions entra en combustion spontanée, à la surprise de Rampa.
« Je suis à peu près certain de ne pas être responsable de ça »
Aziraphale rougit.
« C’est moi, admit-il. J’ai toujours cru que ces gens là étaient une de vos inventions.
– Tiens ? Nous avons toujours pensé le contraire.»

Les évènements ont tendance à s’y enchainer à toute vitesse avec cet humour british (vous savez, ce genre d’humour qui vous évoque immanquablement un britannique vêtu de tweed, avec une moustache, un chapeau melon et une tasse de thé, l’air très sérieux. Enfin, c’est l’effet que ça me fait à moi, en tout cas) qui me plait tant chez Pratchett (je ne sais pas pour Gaiman, cela dit), et on n’a vraiment pas le temps de souffler vu qu’il se passe toujours quelque chose. Ou pas, en fait, mais rien que les descriptions sont des aventures à elles seules XD

Bref, j’adore ce bouquin, plein de petites notes d’humour dans tous les sens, à tel point que je l’ai relu en moins d’un an ^^ (une parenthèse s’impose ici après réflexion, et tant pis si vous trouvez que j’en fais déjà trop. Alors quand je dis « relu en moins d’un an », ça veut bien dire que je l’ai lu une fois, et que quelques mois après je l’ai relu. Ce n’est pas la durée de lecture que j’évoque. Je lis vite. Cherchez pas à m’embrouiller avec vos interprétations louches >.>) Et que j’ai envie de découvrir davantage cet auteur si plein de ressources :b Et surtout, dont l’humour est tellement à contre courant des classiques que ça ne peut que faire du bien. J’aime l’anti conformisme ^^

En tout cas, je ne peux que le recommander chaudement à quiconque a besoin d’un humour décalé et parodique, personnellement je n’ai pu m’empêcher de m’esclaffer à plusieurs reprises en le relisant. Y compris en public ^^

4 avis sur “De Bons Présages – Terry Pratchett, Neil Gaiman

  1. Pingback: De bons présages de Terry Pratchett et Neil Gaiman « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

  2. Douglas Adams : Le Guide du Voyageur Galactique (trilogie en cinq tomes)
    Le personnage de Marvin, l’androïde dépressif, devrait te plaire : « Je dois dire que cette jeune fille se révèle l’une des moins inintelligentes des créatures organiques qu’il m’ait été malheureusement donné d’avoir le profond manque de plaisir de ne pouvoir éviter de rencontrer. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *